Bernard Ollié, une équipe pour le développement durable


Bernard Ollié

Anime, avec une équipe, le Club Développement Durable

Cette histoire de valeurs et d’engagement, au risque de paraître prétentieux, cela m’a toujours paru aller de soi, plutôt naturel.

Cela remonte maintenant aux débuts du libéralisme sans limites que nous avons connu pendant 20 ans. C’était pour moi le temps des classes préparatoires. Le projet de l’Essec sortait du lot. Notre monde se préparait alors à l’orgie libérale. L’argent rapide avait le parfum dont les Écoles de commerce s’aspergeaient pour déclasser les autres filières.


L’Essec, c’était différent. L’École avait pris un point de vue singulier. Son système de pensée, c’était une sorte de science avec conscience.

Oui, le libéralisme est une force de progrès, de compétition, d’innovation et de valeur mais non, ce n’est pas un projet en soi, juste une énergie, nécessaire mais pas suffisante pour former une société de progrès. Il lui faut un système de pensée. Depuis la roue a tourné.  La pensée libérale et productiviste a perdu sa boussole, après une série de crises. La vision qui sous-tend l’École s’est avérée pertinente et visionnaire. 

C’est en ce sens que s’engager dans l’animation d’un Club professionnel et surtout sur le sujet particulier du développement durable est un acte plutôt naturel.

Au Club professionnel, nous sommes une équipe. Nous traitons au mieux cette vaste question du développement durable. Notre objectif, favoriser les rencontres entre professionnels et la réflexion experte autour des énergies, de l’impact de l’environnement sur la santé, de l’industrie sur la nature, de la disparition des espèces vivantes ou de la justice sociale au sein des filières et des entreprises.

Comments